Blog

Quoi de neuf ?

 

Voici mes dernières acquisitions :

 

 

Pierre Barillet - .

 

Barillet (Pierre), Quatre années sans relâche, Paris, Editions de Fallois, 2001.

L'auteur dramatique Pierre Barillet se souvient de ses années d'adolescence dans le Paris de l'Occupation. Passionné de théâtre, il « va presque tout voir ». Il fréquente Jean Cocteau et Charles Trenet. L'auteur évoque certains artistes de variétés qui se produisaient sur les scènes du Paris occupé : Lucienne Boyer, Maurice Chevalier, Suzy Solidor, Damia, Fréhel, Georgius, Johnny Hess, Edith Piaf, Tino Rossi, Jean Tranchant... L'ouvrage comporte un index des personnes citées.

 

 

 

Gaston Bogaerts - Le carnet de route des Chakachas.

 

Bogaerts (Gaston), Le carnet de route des Chakachas : récit, Aix, Persée, 2011.

L'orchestre de danse de musique latino-américaine, les Chakachas, a été créé par le percussionniste et arrangeur belge Gaston Bogaerts dans la deuxième moitié des années 50. Le groupe disparaît en 1965 et renaît en 1972 avec le titre "Jungle fever", qui connaît un énorme succès aux USA.

 

 

 

 Catel et José-Louis Bocquet - Kiki de Montparnasse.

 

Catel, Bocquet (José-Louis), Kiki de Montparnasse, Paris, Casterman, 2007.

Cette bande dessinée retrace la vie d'Alice Prin, dite Kiki de Montparnasse. Muse des peintres dans le Paris de l'Entre-deux-guerres, elle mena parallèlement une carrière de chanteuse (répertoire grivois) dans les cabarets de la capitale : Le Jockey, La Jungle, Le Boeuf sur le toit, le Cabaret des fleurs, l'Océanic... Elle se produisit en duo d'abord avec l'auteur de chansons Jamblan et ensuite avec l'accordéoniste André Laroque. En 1937, Kiki ouvre son propre cabaret mais l'expérience tourne court. Elle enregistre chez Polydor avant que la deuxième guerre mondiale n'interrompe sa carrière artistique.

 

 

 

Catel et Bocquet, Joséphine Baker, Paris, Casterman, 2016.

Le dessinateur Catel Muller et l'auteur José-Louis Bocquet ont retracé la vie et la carrière de la chanteuse Joséphine Baker. A la fin de l'ouvrage figurent les notices biographiques des artistes qu'elle a cotoyés : musiciens, écrivains, peintres, comédiens, compositeurs, réalisateurs...

 

 

 

Jean Cocteau - Ecrits sur la musique.

 

Cocteau (Jean) ; textes rassemblés, présentés et annotés par David Gullentops et Malou Haine, Écrits sur la musique, Paris, Vrin, 2016.

Cet ouvrage rassemble les textes écrits par Jean Cocteau sur la musique, classés chronologiquement en six périodes de 1910 à 1960. Il recouvre tout type de musique : musique classique et populaire, danse sociale et ballets, jazz et chanson, cirque et music-hall... Parmi les artistes de variété cités figurent Mistinguett, Dranem, Maurice Chevalier, Edith Piaf, Charles Trenet, Bach et Laverne, Suzy Solidor, Jean Sablon...

 

 

 

Frede

 

Cosnard (Denis), Frede, Paris, Equateurs, 2017.

Dans le Paris de l'entre-deux guerres, Suzanne Baulé se fait appeler Frede. Après avoir travaillé quelques années au Monocle, elle ouvre en 1938 son propre cabaret-dancing lesbien, La Silhouette.
Sous l'Occupation, les dancings et les bals étant interdits, Frede ouvre à Biarritz un élégant jazz-bar, le Touch-Wood, avant de reprendre à Paris, après guerre, Le Carroll's où se produisent les orchestres de Jerry Mengo et de Ruddy Castell. Après avoir attiré les célébrités du monde entier, le cabaret ferme en 1960, concurrencé par les discothèques qui diffusent de la musique enregistrée au lieu de recruter des orchestres de danse. Les danses latino-américaines (mambo, cha cha cha...) commencent à perdre du terrain au profit des nouvelles danses en provenance d'Amérique du nord.

 

 

 

Laurent Cugny - Une histoire du jazz en France - Tome 1, Du milieu du XIXe siècle à 1929.

 

Cugny (Laurent), Une histoire du jazz en France : du milieu du XIXe siècle à 1929, tome 1, Paris, Outre Mesure, 2014.

Après le territoire américain, la France est l'un des pays les plus importants pour la musique de jazz. L'auteur recense les principaux musiciens afro-américains en France (Buddie Gilmore, Sydney Bechet, Benny Peyton, Arthur Briggs...) ainsi que les premiers musiciens de jazz français (Julien Porret, Léo Vauchant, Grégor, Lud Gluskin...). L'auteur souligne l'importance des deux musiciens blancs anglo-saxons Paul Whiteman et Jack Hylton qui, à la tête de grands orchestres, se sont produits avec succès dans la France des années 20.

 

 

 

Patrice Delbourg - Les funambules de la ritournelle.

 

Delbourg (Patrice), Les Funambules de la ritournelle : cent fous chantants sur le fil, Paris, Ecriture, 2013.

L'écrivain Patrice Delbourg dresse un portrait sans concession de cent auteurs-interprètes français ou francophones, du 18e siècle à nos jours. Quelques artistes célèbres dans la première moitié du 20e siècle figurent dans cette sélection : Harry Fragson, Montéhus, Georgius, Jean Tranchant, Charles Trenet...

 

 

 

Ma Vie En Souvenir De Chanson de Christophe Durand

 

Durand (Christophe), Ma vie en souvenir de chanson, Abbeville, F. Paillart, 1999. L'auteur a retrouvé la trace de nombreux artistes français de variété qui étaient en activité dans les années 30, 40 et 50. Il retrace brièvement leur carrière dans son ouvrage. Si les uns ont connu leur heure de gloire, les autres eurent une carrière modeste à l'ombre des vedettes.

 

 

Benoît Duteurtre - La mort de Fernand Ochsé.

Duteurtre (Benoît), La Mort de Fernand Ochsé, Paris, Fayard, 2018.

De 1900 à 1940, Fernand Ochsé (1879-1944), dandy proustien de la Belle époque, dessinateur, compositeur et décorateur, contribue à d'importantes créations théâtrales et musicales parisiennes. Il travaille aussi bien pour l'avant-garde musicale (Arthur Honegger) que pour l'opérette (Reynaldo Hahn). Auteur de l'opérette « Choucoune », il ne parvient pas à la faire représenter dans un théâtre parisien et la partition est aujourd'hui introuvable. Réfugié en zone libre en raison des lois anti-juives, il est arrêté puis déporté en 1944.

 

 

 

Catherine Dutheil Pessin - La chanson réaliste - Sociologie d'un genre.

 

Dutheil Pessin (Catherine), La chanson réaliste : sociologie d'un genre, Paris, L'Harmattan, 2004.

Yvette Guilbert et Eugénie Buffet ouvrirent le chemin à la chanson réaliste du 20e siècle, au déploiement de l'imaginaire féminin de la voix vers une esthétique des larmes et de la douleur. Figures majeures émergeant de la multitude de chanteuses réalistes, Damia, Frehel et Piaf dégagent chacune à leur façon un espace vocal et visuel original. L'ouvrage comporte un index des chansons citées.

 

 

 

Anaïs Fléchet - "Si tu vas à Rio..." - La musique populaire brésilienne en France au XXe siècle.

 

Fléchet (Anaïs), Si tu vas à Rio : la musique populaire brésilienne en France au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 2013.

Les rythmes du Brésil (maxixe, samba...) ont connu un fort engouement dans la société française tout au long du XXe siècle. En retraçant l'itinéraire de la musique populaire brésilienne en France, en interrogeant les médiations qui ont permis ces circulations musicales, c'est aussi le cadre plus général de la mondialisation culturelle qui est ici interrogé.

 

 

Jean-Pierre Guéno - La mélodie volée du Maréchal.

 

Guéno (Jean-Pierre), La mélodie volée du maréchal, Paris, L'Archipel, 2018.

L'auteur retrace le parcours du compositeur Casimir Oberfeld (1903-1945), d'origine juive polonaise. Arrivé à Paris en 1924, il commence à faire parler de lui dès 1927 dans le milieu des revues comme ceux du music-hall, de l'opérette et du cinéma. L'un de ses premiers succès « A Paname un soir » est créé en 1929 par Alibert et repris par Berthe Sylva. Il composera de nombreux succès tout au long des années 30 pour les plus grandes vedettes de la variété française : Georges Milton, Fernandel, Maurice Chevalier, Mistinguett... Réfugié en zone libre pendant l'Occupation, il continue à composer sous des noms d'emprunt. Il est arrêté puis déporté en 1943. Marianne Mélodie vient d'éditer un CD comprenant 54 titres enregistrés de 1928 à 1941.

 

 

Vertinski (Alexandre), Le Nègre violet : souvenirs, Paris, Louison éditions, 2017.

Alexandre Vertinski (1889-1957), auteur-compositeur-interprète russe, devient célèbre à la fin de la période tsariste. En 1918, il quitte la Russie révolutionnaire et se produit dans de nombreuses villes étrangères auprès d'un public russe exilé : Constantinople, Bucarest, Varsovie, Berlin, Paris, New York, San Francisco, Beyrouth, Jérusalem, Shanghai... Dans les années 20, il s'installe à Paris, où il chante dans les nombreux cabarets russes de Montmartre : L'Ermitage, Le Kazbek, Le Casanova... En 1926, il réalise l'un de ses premiers enregistrements. Il quitte Paris au début des années 30 et sera autorisé à retourner en URSS en 1943. Même s'il recommence à se produire en concert, sillonnant le pays, seule une poignée de chansons de son immense répertoire sont autorisées. Personnage extravagant, désinvolte, ironique, nostalgique, mélancolique, tous ses traits se retrouvent dans ses chansons. Alexandre Vertinski est devenu une référence pour les bardes et chansonniers russes et soviétiques.